Je déteste la polésie… La quoi ?

#book from garadinervi : repertoriLa polésie !*

Je ne rédige pas cet article de mon propre gré. Certes, j’y pensais depuis un certain temps en lisant quelques poèmes insipides sur les réseaux d’aujourd’hui et qui m’ont rappelé ma vie de moniale…. Continuer la lecture de « Je déteste la polésie… La quoi ? »

Pourquoi les ados sont-ils si mous ?

Bon ben moi j’adore et suis bien contente de vous partager cette petite vidéo jubilatoire que vous connaissez sûrement déjà mais quand on aime, on ne compte pas !

C’est tout pour cette semaine…

Continuer la lecture de « Pourquoi les ados sont-ils si mous ? »

L1-C2 Natacha (E6)

Dans “Mais où est Edgar ?”, mars 1964, Lagunndor
Résumé des épisodes précédents : 
Natacha vient d'arriver à Lagunndor pour rejoindre sa fille Lily disparue depuis 22 ans. Elle est accompagnée de Jean, l'enfant que Lily a dû abandonner à sa naissance au Caire. Lily a épousé Bill, anthropologue et chasseur, presqu'aussi amoureux de l'Australie que de sa femme. Ils partagent un des habitats temporaires des Goontloo, leurs amis Aborigènes. On apprend les mystères de la vie d'artiste de ces nomades qui chantent et dansent la terre pour la remercier. Leur loi éternise l'espace-temps du Rêve en jouant avec le concepts de virtuel et de réel autant qu'avec leurs relations familiales complexes... Si complexes que je ne réussis toujours pas à les décrire. 
Peu importe pour le moment car les retrouvailles de Natacha et Jean avec Lily sont si émouvantes qu'on en oublierait le crocodile qui cuit sur un feu récalcitrant. Un crocodile de 800 kilos... Est-ce possible ? Tout est vrai ici, même le fait de communiquer par la pensée... 
Maintenant, Bill insiste pour que Natacha se souvienne de sa jeunesse alors que le satané Louktenik, Aborigène soi-disant sédentaire, réclame son aide pour alimenter le feu car, "c’est pas au sèche cheveu qu’on va souffler sur les braises !"... 

– Parce que tu sais ce que c’est qu’un sèche cheveu, toi ? C’est sûrement pas Lisette qui t’en a montré. Elle a oublié la coquetterie depuis belle lurette et c’est pas avec notre générateur à la noix qu’on pourrait alimenter un machin pareil !
– Tu me prends vraiment pour un cave le vieux ! Des trucs comme ça on en récolte en pagaille, Les filles en ont le pépin depuis qu’elles ont maté une cocotte dans un salon de coiffure. Dès que l’État leur file un peu de pognon, elles cavalent s’en payer. Pour ce que ça sert ici… Bon, c’est pas le tout, tu rappliques oui ou…
– Reste poli devant les dames, voyou ! Continuer la lecture de « L1-C2 Natacha (E6) »

Non, je ne vous oublie pas…

Nous attendons tous l’épisode 6 de Natacha mais il se fait tard et j’ai eu beau écrire plus vite que mes doigts, corriger les pages « si vous êtes perdus » et « les aventures« , je ne m’en sors pas. Pensez-vous, deux jours de souk marocains juste pour comparer les prix des épices et des sabras – qui se font rares hélas -, une semaine de culture helvétique, des jours et des jours à faire du terrain pour tenter de saisir les rouages du contexte de certaines aventures de Joséphine & Capucine, à savoir le monde du travail – quelle chose bizarre… – et j’en passe. Bref, je n’ai pas eu la demi-journée nécessaire pour poster ce qui est déjà écrit. Pourquoi si long me demandez-vous ? Je vous renvoie à l’avant-propos : Natacha en est à sa trente-sixième modification et je suis toujours sûre qu’elle est mûre pour être publiée mais non, il y a toujours des trucs qui clochent. Je n’ose m’y atteler à cette heure où mon cerveau décline dangereusement… À la semaine prochaine* donc et encore merci pour votre patience.

* Je me demande même s’il n’y aura pas deux articles avec la réponse au quizz photo

ps : La photo est prise depuis mon tapis de yoga dans la furgo. Qui sait ce qu’il se cache au-dessus de ce tableau bien aborigène en bleu et blanc ? Il nous emmène d’un chemin tortueux à l’autre en passant par un trou d’eau. Les demi-cercles représentent des personnes assises vus du ciel et les signes vers le rond central indiquent le sens de la marche. le rond est le trou d’eau et les marques ondulées sont ici des chemins mais elles pourraient aussi être des serpents ou bien des fleuves…

Rien à lire (presque) mais un Quizz– Photo

Le texte qui n’aurait pas dû être :

J’écris une main en sang dans ma furgo en pièces détachées, « Galères et belles rencontres » ne sont jamais loin…

Continuer la lecture de « Rien à lire (presque) mais un Quizz– Photo »

Mes découpages et Cordoue

Lily, Natacha, Jean, Bill… ? J’écris, je lis, relis, fais relire, corrige, ressuscite des personnages et change des noms, je crois que je tiens le bon bout mais il arrive que non finalement. Déjà dit Rosenitha, tu radotes. Je suis lente. Rien de nouveau non plus. Je voyage et je ne fais souvent rien. C’est malin ça ! C’est bien ? Va savoir…
Dans tous les cas, je ne fais pas qu’écrire les aventures de Joséphine et Capucine, les fameuses héroïnes que l’on ne connait toujours pas car leurs vieux amis et ancêtres racontent encore leur vie. Lily a déjà parlé, Natacha a commencé, on attend la suite qui devrait être aujourd’hui, oui bon d’accord mais…

 

Continuer la lecture de « Mes découpages et Cordoue »

Joyeuses fêtes 🥳

Quelques images glanées au gré de mes cheminements… 🥰 🥂 ☀️

J’en profite pour vous rassurer : pas de panique si vous n’avez pas encore commencé à lire les aventures de Joséphine et Capucine, j’avance très doucement et vous n’aurez aucune peine à me rattraper !
Je n’avance d’ailleurs très vite nulle part…

Continuer la lecture de « Joyeuses fêtes 🥳 »

Ce serait idiot de trouver ce que l’on cherche…

Pendant que Lily se perd dans ses souvenirs*, je fais de même sur le web. Je fouille et farfouille pour trouver ce que je ne cherchais pas. Des trésors. D’ailleurs, lorsque je trouve ce que je cherche, je me méfie – vous aussi, n’est-ce pas ? Ce serait trop facile et puis à quoi cela servirait-il ? Continuer la lecture de « Ce serait idiot de trouver ce que l’on cherche… »

Je hais les cyclistes

Mais pourquoi donc m’étonnais-je et même me félicitais-je de ne pas avoir eu de galère depuis deux mois ? Comment se fait-il que je me sois énervée aujourd’hui ? Mais oui mais c’est bien sûr, c’est la faute aux cyclistes ! Je ne le dirais jamais assez, même si depuis une heure je rêve de rester calme quand je croise un humain à pédales sur la route, vœu pieu, c’est impossible, ces cons sont toujours au milieu de la route, je ne sais pas comment ils font, …

Continuer la lecture de « Je hais les cyclistes »

Si je m’attendais à ça !

Je cherchais une grande plage au calme pour travailler depuis mi furgo (prononce avec l’accent espagnol – « ou » à la place du « u » et roule le « r ») et j’ai trouvé bien mieux : un bar avec belle vue sur la plage et le monde venu pour participer au championnat de surf de je-ne-sais-quoi, immense plage de Pantin (non, je ne suis pas à Paris), … Continuer la lecture de « Si je m’attendais à ça ! »